Story Love (episode 3): Arvel, tu me hantes

Le week-end a été fatiguant . Et pour cause, je suis sortie en boite avec Fériane , ma meilleure amie et on s’est bien amusé. Vraiment il le fallait après ces 2 jours de compo de merde. Franchement je déteste les profs d’anglais!

Ils ne comprennent jamais leur langue mais c’est anglais ils vont prendre pour t’emmerder. Mais ce que je ne  dis pas c’est que je suis sortie me défouler et “diminuer” la honte que j’avais.

Oui !  après ce qui s’est passé la dernière fois avec Arvel et mon ex  ( voir épisode 2) , je ne savais plus à quel saint me vouer. Ce n’est pas que j’étais gênée d’avoir mis Lordin (mon ex) à sa place , mais c’est parce que j’avais menti à propos d’Arvel pour me sortir d’affaire.

Qu’allait-il penser de moi ? J’ai vraiment merdé !

– Elvii. elviiii ….elviiiiiiraaaaaaaaaa

(Quel jour ils vont arrêter de crier mon nom dans cette maison !)

La porte de ma chambre s’ouvre .

– Toi la quand maman t’appelle là, tu n’entends pas? Quand vous partez vous promenez jusqu’à 4h du matin là et puis après c’est pour venir fatiguer les gens.

 (Walaye la go la si je la regarde , je vais la gifler donc je prends mon drap pour me recouvrir).

 Celle qui crie mon nom s’appelle Dorcas et c’est ma tante. Elle a un vieux nom mais elle n’y pense pas . Sa mission sur Terre: crier et  faire kpakpatoya. Mon père lui aussi, se met dans la danse.

– Elvira c’est papa ! , je sais que tu es fatiguée mais viens aider ta tante à faire le ménage !

moi : (grrrrrrmmmmmm) d’accord pa’

Mon téléphone se met alors à sonner. Je décide de ne pas décrocher mais la chanson “un-thinkable” de Alicia Keys ( ma sonnerie  ) interpelle ma tante Dorcas.

– toi la tu ne décroches pas ?

moi : c’est un bip.

– comment ça un bip? Depuis la fille là chante jusqu’à sa voix va partir, tu dis c’est un bip. En tous cas, faut enlever ta sonnerie dans mes oreilles dèh, j’ai mal à la tête !

Je commençais à en avoir marre de Dorcas, donc je réponds avec ma voix la plus petite.

moi : oui, …allo !

– Bonsoir Elvira , c’est Arvel. Tu vas bien ?

C’est Arvel au bout du fil ! Mon sang fait un tour . Comment a-t-ileu mon numéro ? , qu’est-ce que je dois faire ?….

moi : euhhh … ouais !

– excuse moi si je te dérange, c’est juste pour te demander si tu es dispo demain aprèm .

Ma voix commence à trembler.

moi : euhhhh …c’est à quel su…jet

– rien de grave , juste pour t’inviter à une bouffe party qu’on organise ton cousin et moi . T’es d’accord ?

Ouf , je suis un peu rassurée .

moi : Ok , pas de souci ! c’est quand ?

– demain 16 h . je passe te chercher , ça te dit ?

 Pourquoi refuserais-je qu’un mignon garçon vienne me chercher ? Je fais vite d’accepter. Pourtant quelques minutes plus tard, le doute recommence à m’envahir. Est-ce que ce n’est pas un piège pour me foutre la honte à son tour ? Je commence à paniquer.

Une fois le ménage terminé, je prends un bon bain et j’enfile une robe  pour me rendre chez Fériane . Je la trouve comme toujours sur Facebook entrain de commenter des photos …de mecs !

moi : salut toi ! tu ne changeras jamais, laisse un peu les garçons tranquille .

– pourquoi ?  tu veux que je devienne lélé (lesbienne)!

Eclats de rire …

Nous sommes en pleine séance d’affairage quand je reconnais sur une des photos à l’écran, Arvel ! Mon cœur se “coupe” en même temps. Mais je remarque aussi une jeune fille métisse qui s’est collée à lui comme  s’il était jumeau. Ma copine et moi commençons à détailler son profil et c’est là que je découvre qu’il est ……………….. “en couple”. Sans trop comprendre pourquoi, je suis en “boule”. Fériane , mon amie n’y comprends rien !

– mais pourquoi tu es fâchée, ou bien tu sors avec lui et je ne suis pas au courant !

moi : non…c’est pas ça ….mais…..bon je t’avoue qu’il me plaisait bien.

– oh ma pauvre chérie, ça ne fait rien. il y a plein d’autres mecs qui te courent après. Ce que Fériane n’a pas compris , c’est que je ne l’ai vu que deux fois ce mec, mais je pense à lui chaque jour ; il me fatigue !

  A 18h 30 , après 2 heures  intenses d’affairage avec Fériane, je décide de rentrer pour bosser mon cours de didactique. C’est vrai que je suis fatiguée, mais cela ne signifie pas que je dois baisser les bras dans la bosse parce que mine de rien, c’est mon avenir qui se joue . Une fois à la maison, face à mes cahiers, je n’arrive pas à me concentrer. Je me remets à penser à Arvel. Je l’imagine ses lèvres contre les miennes, son souffle dans mon cou, ses bras tout autour de moi ….Mais qu’est-ce qui m’arrive ? Je ne me reconnais plus. Comment un gars que je viens de rencontrer arrive à me faire perdre la tête à ce point ?

Je suis donc en plein dans mes questions existentielles quand j’entends sonner à la porte. Je me lève pour voir qui vient nous rendre visite à 20h30 et là, mon regard croise celui d’ Arvel !

Mais il fait quoi ici à cette heure ?!

La suite au prochain épisode …..

www.facebook.com/Fleuresworldofficielle  et clique sur j’aime

This Post Has Been Viewed 22 Times

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>